• Accueil
  • > Hydroponie/AErOGarDeN-JArDin

Archives pour la catégorie Hydroponie/AErOGarDeN-JArDin

Veloutine de patisson et de crosnes au safran

 

 

Safran du Comptoir

Récolte 2011

 

dsc0257.jpg

 

 

Cultivé en France depuis le XIIIe. Le Crocus Sativus doit son nom à Krokos qui jouait avec Hermès à lancer le disque : Hermès  ébloui  par le soleil blessa mortellement Krokos au front : trois gouttes de sang s’écoulèrent de la blessure et imprégnèrent la terre : la belle fleur de crocus aux trois pistils rouges sortit du sol ;  Krokos signifie filament.

Le safran est utilisé depuis des millénaires à des usages différents : cuisine, parfumerie, teinture, médecine.

Le nom vient du Perse za’faran , za’faran signifie jaune.

 

Veloutine de Patisson et de Crosnes au Safran

 

 500 gr de  Patisson et  500 gr de Crosnes

15 cl d’eau de la cuisson des cucurbitacées

4 échalotes

1 oignon de printemps ciselé en très fines rondelles.

2 cuillère à soupe huile d’olive

150  ml de lait de riz

45 filaments de safran

Paprika moyen d’Arménie

Sel et poivre

 

Cuire à peu d’eau la chair  des légumes détaillée en petits dés dans un bouillon de légumes.  Réserver 15 cl cl du bouillon très chaud et y faire infuser le safran. Faire bien revenir  les échalotes  hachées dans l’huile d’olive, baisser le feu et laisser confire.

Passer  la chair des légumes au mixer : tenir au chaud.

Mélanger le lait de riz et le bouillon ajouter le safran et laisser bien infuser à couvert. 

Lorsque le safran est bien infusé, donner un tour de chauffe au bouillon, couper le feu, ajouter le lait de riz mélanger et verser le tout en filtrant au chinois dans la chair des légumes, ajouter finalement les échalotes confites, saler, poivrer et remuer.

Servir aussitôt dans des assiettes creuses bien chaudes, parsemées de paprika.

CrZ’z    pour  « Le Comptoir des Mraremitontons »  ©2011

 

 

 

 

 

 

écosphères systèmes fermés écologiques

 

 Une « solution » à la faim dans le monde : unités de vie ou de survie?

L’écosphère, système fermé écologique 

« Auto dépendance-auto suffisance »

 

Le 15 juin 1982 : présentation de l’écosphère par les chercheurs de la Nasa.Les travaux ont commencés dans les années 60, menés par Clair Folsom, université de Washington qui rejoint Joe Hansen dans les années 80 avec d’autres grands chercheurs de la Nasa.

Voici quelques articles intéressants :

Pour « la totale » et de superbes images :               JPL Home

 

NASA Announces 2011 Carl Sagan Fellows

Carl Sagan

 danslamain.jpg

Elle tient dans la main…

 

Dr. Carl Sagan, Directeur du laboratoire pour les Etudes Planétaires à l’Université de Cornell, reçut entre autre distinctions à New York  la médaille de programme d’environnement des Nations Unies et à Tokyo le prix Honda pour des « Contributions… à une nouvelle ère de civilisation Humaine. »

Carl Sagan sur Wikipédia France : http://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Sagan

Le wikipédia français est un peu »faible » , et le terme est mesuré, en ce qui concerne les informations à propos de ce personnage.

Consulter le Wikipédia Us pour plus d’informations sur ce scientifique dont Isaac Azimov a reconnu la grande et lumineuse intelligence.

 En  1986,  pour Parade Magazine :  article de Carl Sagan à propos de l’écosphère.

°°°°Traduction  : CrZ  pour » Le Comptoir des Marremitontons » °°°°

NB : J’ai ajouté des photos de mon écosphère à cet article.

 

 

 Carl Sagan : «Le monde  est arrivé par la poste. Le mot « fragile » était écrit sur le colis.  L’ image d’un gobelet indiquant la grande délicatesse du contenu  était scotché sur le paquet que j’ai ouvert soigneusement, redoutant la découverte d’un tesson de verre ou  bien d’entendre le tintement du cristal cassé. Mais « il » était intact. Avec les deux mains, je l’ai dégagé et  je l’ai tenu à la lumière du soleil. C’était une sphère transparente,  à moitié emplie d’eau. Le numéro 4210  était discrètement attaché à un  ruban adhésif collé sur «lui»,  le «Monde» numéro 4210 : il doit y avoir beaucoup de tels mondes. Avec précaution, je l’ai placé sur le reposoir de lucite et j’ai scruté l’intérieur.

Je  voyais la vie  s’agiter là-dedans, évoluant  dans un réseau de branches, certaines incrustées d’ algues filamenteuses vertes,  je pouvais observer six ou huit petits animaux,  roses pour la plupart, semblant cabrioler parmi l’entrelacement des ramures de la gorgone. En outre, il y avait des centaines  d’autres d’êtres, aussi abondants dans ces eaux que des poissons dans les océans de la Terre; mais ces êtres  étaient microscopiques, beaucoup trop petits pour que je les puisse les voir à l’oeil nu.

A l’évidence, les animaux roses étaient des crevettes d’une certaine variété courante. Elles  captivaient votre attention immédiatement parce qu’elles étaient si actives, vives… Quelques unes, alignées sur les branches descendaient sur leurs 10 pattes en ondulant d’autres parties de leur corps.  Une autre consacrait toute son attention et un nombre considérable de pattes à se sustenter sur un filament vert. Parmi les branches  drapées par les algues comme le sont les arbres de Floride par la mousse, une autre crevette se déplaçait avec célérité,  comme si elle avait un rendez-vous urgent quelque part. 

Les crevettes changeaient parfois de couleur en se déplaçant dans les différents endroits de leur environnement,  parfois pâles, presque transparentes et parfois oranges,  tournant au rouge vif. Ces petits animaux sont, naturellement,  bien différents de nous; leur  squelette est extérieur, ils respirent sous l’eau et l’ouverture de ce qui leur tient d’anus est situé, et  cela est déconcertant, à coté de leur bouche. Les crevettes paraissaient  fort minutieuses quant à leur propreté  et leur apparence  car elles possédaient une  solide paire de pinces destinées à la toilette  bordées de poils  ressemblants à ceux d’une  brosse raide. L’une d’entre elles se frottait vigoureusement de temps en temps. Mais sur d’autres aspects, ces petits animaux sont comme nous. Ils ont des cerveaux, des coeurs, du sang et des yeux.  Il serait difficile de ne pas le remarquer. Les crevettes se mirent à se propulser  dans l’eau en agitant avec fureur leur appendice caudal et arrivèrent à ce qui semblait être leur point de ralliement : elles s’emparèrent des filaments d’algues avec  la précision, la délicatesse et la minutie d’un gourmet averti. Deux d’entre elles, plus aventureuses, se mirent à explorer ce monde maritime, nageant haut au dessus des algues, surveillant leur domaine avec langueur.

 

pouet.jpg

Pepette en promenade

 

Après un certain temps, vous pourrez  observer, reconnaître différents individus. Une des crevette muera, se dépouillera son exo-squelette pour laisser apparaître le nouveau. Vous pourrez voir la vieille chitine translucide suspendue à une branche, son ancienne propriétaire vaquant à ses affaires dans une belle carapace lisse. En voici une à qui il manque une patte. Y a-t’il eu un combat furieux pinces contre pinces pour les doux yeux d’une belle dévastatrice?

Vu sous certains angles, le dessus de l’eau est un miroir : la crevette voit son reflet: peut-elle s’identifier? Sous d’autres angles, l’épaisseur du verre incurvée les magnifient et je peux  voir ce à quoi elles ressemblent vraiment. Je note par exemple qu’elles ont des moustaches!

 Deux d’entre elles se poursuivent jusqu’à la surface et incapable de briser la tension de surface de l’eau  (cf meniscus) rebondissent contre puis elles redescendent toutes droites au fond de la sphère. Leurs pattes sont croisés tranquillement, il semble que leur exploit est courant, rien à en dire, c’est la routine. Elles sont cool… Si je peux clairement voir une crevette à travers le cristal incurvé, la crevette doit pouvoir  me voir moi, ou  voir au moins mon oeil – un sorte de grand disque noir d’ apparence vague, avec une couronne de brun et de vert. Parfois, lorsque j’en observe une qui tripote un algue verte, elle semble se raidir et me regarder. Nous avons eu un contact visuel.  Je me demande ce que la crevette pense de ce qu’elle voit.

 

 pepette.jpg

Gambas miniature au menu

 

Après un jour ou deux, absorbé par mon travail,  je  finis par jeter enfin un coup d’oeil au monde de cristal. Elles semblent avoir toutes disparu. Je culpabilise. Je ne suis pas sensé les nourrir , leur donner des vitamines,  leur changer l’eau ou les amener en visite chez le vétérinaire. Ce que dois faire est de m’assurer qu’ elles ne sont pas trop dans la lumière ou bien trop dans l’ombre et que la sphère est  maintenue dans une ambiance dont la température est comprise entre 40 et 85 ° F (D’après ce que j’ai compris, au dessus de la température maximale l’écosystème se transforme en  bisque !).

 

 lefonddeleau.jpg

« Fond de l’eau »  de mon écosphère

 

 Les aurais-je tué par inattention ? Finalement, je vois une  une antenne pointer  derrière une branche, et je réalise qu’elles  sont toujours en bonne santé.  Ce sont seulement des crevettes mais après quelques temps vous vous inquiétez d’elles, vous vous y attachez… Si vous êtes devenu responsable d’un petit monde  comme celui-là,  vous vous préoccupez sérieusement de la température ambiante et de la luminosité  et , malgré ce que vous avez pu avoir en tête au début, vous prenez finalement soin de  ce qui vit à l’intérieur.  Si elles  sont malades ou mourantes, vous ne pouvez pas faire grand chose pour les sauver. D’une certaine façon, vous êtes beaucoup plus puissant qu’elles, mais elles font des choses que vous ne pouvez faire, comme respirer sous l’eau. Vous êtes limité, péniblement limité. Vous vous demandez  s’il  n’ est  pas cruel de les enfermer   dans cette prison en cristal. Mais vous vous rassurez  car, au moins , ici ,  les crevettes ne craignent pas les baleines, les marées  noires et  la sauce à cocktail.

 

 pepette2.jpg

Une de mes mini pépettes

 

La dépouille fantomatique  d’une mue ou le rare cadavre  d’une crevette  ne reste pas longtemps. Ces déchets sont mangés, en partie par les autres crevettes , en partie par les micro-organismes invisibles qui prolifèrent dans l’océan de ce monde. On se rappelle  que ces créatures ne survivent pas seules. Elles ont besoin des autres créatures autour d’elles. Elles sont interdépendantes, prennent soin les unes des autres d’une façon que je ne peux pas faire.

La crevette extrait son oxygène de l’eau et exhale de l’anhydride sulfurique,  les algues absorbent le monoxide de carbone de l’eau et produisent de l’oxygène. Chaque organisme profite de la production de l’autre. Chaque organisme « respire » les gaz émis par l’autre.  Les rejets solides aussi sont partagés et assimilés entre les plantes, les crevettes et les micro-organismes.

Dans ce petit Éden, les habitants ont un rapport extrêmement intime. L’existence de la crevette est beaucoup plus fragile et précaire que celle des autres êtres. Les algues peuvent vivre sans crevette bien plus longtemps que la crevette peut vivre sans algues. La crevette mange les algues, mais les algues se nourrissent principalement  de la lumière. A la différence d’un aquarium, ce petit monde est un système écologique en cycle fermé. La lumière entre, mais rien d’autre – aucune nourriture, aucune eau, aucun aliment. Tout doit être  et est réutilisé. Juste comme la Terre. En notre plus grand monde composé de plantes,  d’ animaux et de micro-organismes,   nous vivons  des uns et des autres, nous  respirons et mangeons les  productions, rejets et pertes  de chacun, dépendons les « uns des autres ».

La vie sur notre monde est aussi produite  par la lumière. Celle du Soleil  est absorbée par les plantes qui  produisent les éléments nutritifs et vitaux pour les animaux. Notre grand monde est identique à un petit monde comme  celui de la sphère, et nous sommes  comme la crevette. Mais il y a  une différence fondamentale : à la différence de la crevette, nous pouvons changer notre environnement. Nous pouvons faire à nous-mêmes ce qu’un propriétaire négligeant d’une sphère  en cristal peut faire à la crevette. Si nous ne faisons pas attention, nous pouvons réchauffer notre planète par l’effet de serre atmosphérique ou la refroidir et l’obscurcir au lendemain d’une guerre nucléaire.

 

algues.jpg

Algue dans mon écosphère

 

Avec les pluies acides, l’appauvrissement de la couche d’ozone, la pollution chimique, la radioactivité, la destruction des forêts tropicales et une douzaine d’autres assauts sur l’environnement, nous  poussons  notre petit monde dans des directions mal comprises. Notre civilisation soi-disant avancée peut changer l’équilibre écologique sensible qui a  évolué durant  4 milliards d’années de  l’apparition de la vie sur terre.

Les crustacés tels que la crevette sont beaucoup plus anciens que les humains ou les primates ou même les mammifères. Les algues existent depuis  3 milliards d’années ou plus. Ces différents organismes ont évolués ensemble durant un temps très long. L’harmonieuse organisation des organismes vivant dans mon écosphère est ancien, bien plus ancien que n’importe quelle autre institution que je connaisse ! La coopération de ces êtres vivants  est le résultat d’un long et douloureux processus évolutif. Les organismes qui ne purent coopérer disparurent ainsi que les êtres ne pouvant vivre au moins en symbiose avec un autre. Cela n’arriva pas aux crevettes qui ont la  « coopération » avec l’algue encodée dans leurs gènes , oui, la coopération est dans leur nature.

Les humains sont apparus sur notre Terre il ya quelque millions d’années…

Notre civilisation technologique  n’a que un peu plus d’une centaine d’année. Nous n’avons pas  beaucoup d’expérience quant à la coopération intra-espèces.

Nous possédons une vision à court terme et n’avons aucunes aptitudes à gérer sur le long terme.

Il n’y  aucune garantie que nous serons assez sages pour comprendre que notre système écologique   est fermé et même si, rien de moins sur que nous serons capables de modifier notre comportement en conséquence.

Notre planète est indivisible : en Amérique du Nord,  nous respirons l’oxygène produit dans la forêt tropicale Brésilienne. Les pluies acides des industries de pollution dans le Midwest américain détruisent les forêts Canadiennes. La radioactivité d’un accident nucléaire Soviétique compromet l’économie et la culture de la Laponie. La combustion du charbon en Chine réchauffe l’Argentine. Les maladies atteignent les contrées   les plus lointaines de la planète, se propagent et exigent un effort médical global  afin d’être supprimées. Et, naturellement, la guerre nucléaire met chacun en danger.

Que cela vous plaise ou non , nous ,  les humains, nous sommes liés à nos pareils  et aux  plantes et animaux partout dans le monde.

Nos vies sont entrelacées. Si nous ne sommes pas gratifiés avec la connaissance instinctive de la façon  de faire de notre monde technologique un écosystème sûr et équilibré , nous devons trouver comment le faire.

Nous avons besoin de recherche scientifique et de contraintes plus technologiques.

Il est probablement vain d’espérer qu’ un »Grand Gardien De l’Ecosystème» dans le ciel viendra réparer nos abus sur l’environnement.Cela est notre travail. »

°°°

UN jardin pour Mars : Lorsque les Astronautes d’Apollo se préparèrent pour leur mission d’exploration entre 1968 et 1972, ils emportèrent leur nourriture avec eux. C’était un court voyage. Désormais, avec les projets d’envoyer des explorateurs sur Mars  cela prendrait au moins neufs mois de voyage. La masse  nourriture et oxygène à transporter rendrait le voyage très difficile, cher voire quasiment impossible.

La solution de recycler les déchets, produire notre propre oxygène et faire pousser notre nourriture est la plus évidente : le vaisseau interplanétaire deviendrait un écosystème fermé. Si on veut voyager dans le système solaire, il faut transformer nos vaisseaux en jardins. De sérieuses études de ce genre de système sont en train de se faire, le système écosphére du commerce a été developpé par la Nasa  :

  NASA’s Jet Propulsion Laboratory

 

 Toutefois le projet le plus élaboré de systèmes écologiques fermés incluant des humains a été réalisé par les Russes. A l’Institut Sibérien de  Krasnoyarks il y a une unité appelée Bios.

 

 

998bios2sudb02.jpg

Bios, Russie.

 °°°

 

Les personnes sélectionnées sont restées enfermées 5 mois durant le plus long séjour mais un chercheur a passé 13 mois en quelques séjours. Les occupants entrent dans l’écosystème avec un 5 ème de la nourriture dont ils avaient  besoin;  pas d’oxygène et pas d’eau en sus. Pas d’évacuation des déchets. Rien n’entre ou sort à part de l’électricité et les ondes radio. Les bacs de plantes hydroponiques sont partout et Bios est bourré de végétaux  : blé, pois pommes de terres etc.

Les chercheurs apprirent encore et toujours : les catalysateurs ne fonctionnaient  pas correctement et la cabine commença  à se remplir d’un gaz dangereux , l’oxyde de nytrogène . Les feuilles des pommes de terre étaient recroquevillées et le blé avait une pousse ralentie… Les plantes avait «perçu» le problème avant les humains…Lorsque les catalyseurs furent remplacés, les plantes se mirent à revivre! De tels systèmes sont perfectionnés et joueront un rôle clef dans la future exploration du système solaire…

 1986

°°°

Image de prévisualisation YouTube

les grenadiers sécheresse et changement de climat

 

 Il fait chaud? Pas de problèmes, ici, on gére : bienvenue dans mon petit jardin!

°°°

dsc0064.jpg

 On peut trouver des grenadiers dans presque tous les pays du monde / Iraq, Usa, Inde, Jamaique, Mexique, Maroc, Iran, Liban…

 

Voici 4 années,  en arrivant dans cette région, j’ai planté entre autres arbres  un petit grenadier Meknés (acheté dans une pépinière de collectionneurs de fruitiers rares)  L’arbre est installé en plein vent, il pousse dans un terrain au sol excessivement calcaire. Le climat est chaud, peut être violemment chaud et  très sec, climat des Alpes Maritimes,  secteur de l’arrière pays.

Les jardins « antiques » sont peu nombreux : en effet : le boum de la construction individuelle date d’il y a une bonne quarantaine d’années et les nouveaux habitants ignorants le jardinage et à une époque à laquelle les économies d’eau et autres problèmes écologiques n »existaient pas ou du moins n’étaient pas aussi graves qu’aujourd’hui,  ont choisi de planter des haies immondes, fragiles. Des haies de laurier palme, objet d’attaques de maladie cryptogamiques  et de prédateurs, de « sapinettes » dévastées par des parasites etc.

Ici, le must est le Laurier Tin et les Cyprès, l’Olivier de Bohème, le Laurier Rose pour établir de belles haies solides touffues et parfaitement adaptées. Les plantes avides d’eau et de sol riches ont été plantées au détriment de ces plantes locales simples mais belles. De nouvelles maladies sont apparues qui ont atteint les plantes du lieu.  Il faut noter que le seul type de bougainvillier  résistant ici au gel de l’hiver est le Rose Fushia.

Il existe de nombreuses sorte de lavandes, de sauges, de  romarins, pour ne citer que ces espèces qui ont le mérite d’être solides, décoratives mais en plus très mellifères et utiles en cuisine, etc…  En ce qui concerne les céréales anciennes, un superbe blé qui peut croître sur ces terres ingrates , résistant au calcaire donc et à la sécheresse, végétal endémique à disparu des cultures;  ne parlons pas du pois carré, du pistachier entre autre. L’ail pousse pas mal,  ici, quant aux coquelicots, cette terre est leur bonheur. Durant mes escapades, j’ai eu le bonheur de découvrir de jolis pruniers sauvages forts productifs dont je récolte les fruits à la saison, des figuiers aux figues noires et blanches abandonnés ou sauvages, et surtout, j’ai  joyeusement bouturé un sublime Roncier Mûres aux fruits énormes et fort parfumés.

Le grenadier, de 30 cm à l’époque  a grandi rapidement pour devenir un élégant jeune arbre de 1,80 m de hauteur. Le grenadier a été entretenu en taille  très douce, formé en très basse tige. Les floraisons successives superbes n’ont pas été suivies de nouaison ce qui est tout à fait normal : en effet, un grenadier bien soigné commence à fructifier à 4 ans.

Afin de favoriser la santé de cet arbre, il ne faut pas le tailler court. Désormais, pendant une vingtaine d’années, mon grenadier grandira lentement et devrait produire de plus en plus. Cet arbre a besoin  de chaleur pour se développer.  Cet arbre Résiste au froid jusqu’à -15°C  et supporte la sécheresse. Voici donc un végétal qui ne demande pas d’entretien spécifique, qui admet le manque d’eau et qui donne de merveilleux fruits excellent pour la santé. Cet arbre mérite d’être largement réimplanté.

 

On peut laisser pousser le Grenadier en forme de buisson libre, comme le font les Perses, les Afghans et ainsi que cela se pratique au Turkestan;  cet arbre délimite leurs propriétés et leurs champs de cultures ou sont plantés à proximité des rigoles d’irrigation.

 L’engrais a été fourni en hiver : fumier de cheval et quelques arrosoirs de thé de vers issus de mon worm composter. Oui, cet arbre peut pousser sur des terrains calcaires et supporter les sols salins une fois qu’il est installé.

 

Ce début Juillet de 2011, je suis très content de vous présenter les jeunes grenades de mon bel arbre :

 

                       dsc0068.jpg      

                       Ohh la belle!

 

grenadier.jpg

 

 

 

 

 Sirop  doux de grenadine   du  Comptoir:

 

Ecorcer puis ouvrir les grenades.

 Récupérer les grains bien propres, les mettre dans une casserole faire » juter » à feu très doux en écrasant doucement les graines avec une cuillère en bois-cela afin de commencer à  extraire le jus.

Mettre la matière dans un presse purée traditionnel ou bien passer à l’étamine en pressant ou en laissant s’écouler le jus, on peut suspendre l’étamine au dessus d’un saladier- je préfère cette technique car on obtient un jus peu trouble ainsi même si le temps de préparation est beaucoup plus long..

Peser le jus et y  ajouter 2/3  du poids du jus de sucre. 

Bien faire fondre le sucre , verser le liquide dans un fait- tout et amener la température à 103°C, ce,  à feu moyen, cuire jusqu’à obtenir la texture d’un sirop.

Mettre dans des bouteilles ébouillantées bien égouttées, fermer et garder au frais.

Les anciennes bouteille de limonade sont parfaites pour cet usage.

 CrZ,  pour Le Comptoir des Marremitontons

12345...7

MESURES EN CUISINE

Si vous n'avez pas de balance, sachez que :   1 cuillère à café rase de beurre = 4 gr   1 cuillère à soupe rase de beurre = 12 gr   1 cuillère à café rase d'eau = 5 gr 1 cuillère à soupe rase d'eau = 18 gr   1 cuillère à café rase de farine = 5 g 1 cuillère à soupe rase de farine = 15 gr   1 cuillère à café rase d'huile = 5 gr 1 cuillère à soupe rase d'huile = 16 gr   1 cuillère à café rase de sel = 5 gr 1 cuillère à soupe rase de sel  = 15 gr 1 cuillère à café (= à thé) 0,5 cl 5 g (sel, sucre, café) - 4 g (farine, semoule) 3 g (cacao, fécule)

Sauce forte à la Papaye des CaraÏbes

1 petite papaye pas trop mûre bien nettoyée et détaillée en petits morceaux. 1/2 ivre de piment forts écrasés 1 concombre écrasé, deux oignons finement hachés, 2 gousses d'ail émincées, 1 cuillère à café de sel, 50 cl de vinaigre 1 cuillère à soupe de moutarde, 1 cuillère à soupe d'huile. Faire cuire la papaye avec un peu d'eau jusqu'à qu'elle soit bien tendre, ajouter les autres ingrédients et faire mijoter doucement encore 10 minutes. Laisser refroidir et mettre en bouteille.

Chutney de Mangue de Trinidad

Ingrédients: 1 mangue verte pelée et coupée en morceaux, 1/2 ou 1 cuillère à café de piment frais ha, deux feuilles de coriandre chinoise, deux gousses d'ail, 1 cuillère à café de sel, 1:2 à 1 cuillère de vinaigre; r Passer les ingrédients au mixer afin d'obtenir une purée. Avec des nan, des sahina (sorte de beignets aux épinards...)

vin sans alcool, 1891, Docteur WOOd C.

***The juice of grapes, blackberries, raspberries, etc., pressed out without mashing the seeds, adding water, 1 pint, and sugar, 1/2 pound for each pint of the juice; then boil a few minutes, skimming if any sediment or scum rises, and bottling while hot, corking tightly, cutting off the corks, and dipping the tops into wax, and keeping in a dry, cool place, gives a wine that no one would object to, if iced when drank."

pate de piments de Kingston

Dans un mortier : piler 5 piments rouges type Rosso Italien ou bien trouver des piments rouges de la Jamaique , les epepiner... Ajouter dans le mortier deux gousse d'ail, 1 cuillere/soupe de haricots noirs bien cuits , une cuillere/ cafe de jus de citron vert, une demi cuillere/cafe de poivre noir, sel et une pincee de poudre de gingembre et ajouter en fin de preparation une cuillere a soupe d'huile. On deguste le poisson et les crevettes de rivieres avec cette pate de piment. La melanger aussi aux legumes et au riz.

Biere au Gingembre

de gingembre très frais fr, 3 litres d'eau bouillie refroidie, 900 gr de sucre de canne roux . Méthode: Nettoyer le gingembre et le couper en petits morceaux puis le râper à la main si fait à la machine, ajouter un peu d'eau. Transférer l'au et le gingembre dans une Jarre. Réserver dans un endroit frais 48h00 maximum. Filtrer soigneusement et sucrer. Faire bien fondre le sucre et mettre en bouteille. Conserver au frais et servir sur glace pilée.

Cuisine Indienne du Comptoir : Mumbay masala

Au mortier : graines de coquelicots, graines de sésame blanc, graines de coriandre, noix de coco grillée en lamelles , poivre noir, clou de girofle, feuilles de curry, cumin. Piler Piler Piler... Pour les proportions : à la petite poignée, à la demi-poignée à la volée... ... Recettes sur le NeT...

sauce de Catsup, Catchup, ketchup Louisiane 1914.

A la maison sur le Bayou: 3,5 kg de très bonnes tomates bien mures épépinées et pelées, deux cuillères a café de sucre molasse, 1 jolie carotte, 1 branche de céleri, le jus d'un citron, 5 têtes d'ail,deux beaux oignons, deux Cayenne épépinés,20cl de vinaigre de vin,une pomme pelée en quartiers, poivre noir, 2 clous de girofle, sel. ***si on n'a pas les tomates mures en saison, on peut réaliser son catsup avec du concentré. mettre cuire le tout jusqu'à obtenir une texture assez épaisse puis passer a la moulinette grille fine, ou" écraser en passoire". Ou au mixeur moderne. Josh's wife Grand Mother( thank you)

Blue Stilton Sauce (Auld)

half a pound of young blue Stilton 1 cup of fresh cottege cheese-home made- a cup of fresh cream half a cup cup of fresh parsley, thyme and rosemary nicely shredded quarter a cup of white port Fresh and beautiful blueberryes from the Higland preheat the cream and the port, add the cottage, the Stilton, on a slow fire, after a while, add the herbs. As the sauce is hot, add the blueberrys, salt, pepper and serve on the spot. Grouse, Deer or Angus Beef. °°°°°°° "The best way to meet people is to share their food" °°°°°°° Cherio

Cuisinez Malin ! |
Cuisine avec Tita |
RECETTES EN FOLIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vpddpfredandco
| Fleur de macis, une cuisine...
| voyage gustatif